Le Scaphandre

scaphandrier

 L’envie d’aller sous l’eau ne date pas d’hier, en effet, la représentation la plus ancienne d’un pêcheur sous-marin date de 4500 av.J.C. et le premier plongeur équipé, en l’occurrence une outre en cuir, apparaît sur un bas-relief assyrien datant du règne d’Assourbanipal (669 – 627 av.J.C.).

Aristote lui-même (IV°s.av.J.C.), décrit des dispositifs respiratoires utilisés par des plongeurs en les comparant à des trompes d’éléphants, et mentionne une cloche permettant à l’homme de séjourner quelques instants sous l’eau, Alexandre Le Grand en personne serait descendu sous l’eau à l’aide d’une cloche de verre tandis que Pline l’Ancien (23 à 79 ap.J.C.) décrit déjà l’ancêtre du tuba.

Mais il faut attendre les XVII° et XVIII°, soient seize siècles, pour voir vraiment se développer des cloches à plonger et c’est Edmond Haley, célèbre astronome découvreur de la fameuse comète qui porte son nom, qui fait construire la première cloche recouverte de plomb en 1690 ; celle-ci, alimentée en air par des tonneaux lestés, lui permit de rester une heure entre 16 et 18 mètres mais l’alimentation en air n’est pas simple et l’évacuation du gaz carbonique reste un problème.

En 1819, l’allemand Augustus Siebe élabore le 1° système de scaphandre : un casque de cuir avec des hublots, l’air est comprimé en surface par une machine à piston et amené par un tuyau, le plongeur est équipé de chaussures à semelles de plomb : le premier « pieds lourds », et il améliore son système en 1837 en installant des soupapes pour l’admission d’air et l’évacuation du CO², de plus il rajoute un vêtement étanche en caoutchouc souple.

En 1860, deux aveyronnais, Benoit Rouquayrol et Auguste Denayrouze, en cherchant un système pour secourir les mineurs victimes de coups de grisous, ajoutent au scaphandre un régulateur de pression (l’aérophore, ancêtre du détendeur) et posent une réserve d’air sur le dos du scaphandrier : le scaphandre autonome est né, et c’est d’ailleurs lui qu’utilisent le Capitaine Némo et les marins du Nautilus dans le roman de Jules Verne : 20000 lieues sous les mers. Mais la durée de plongée reste limitée car les moyens de comprimer l’air en grande quantité n’existent pas encore.

C’est le 6 août 1926 que le Commandant Yves Le Prieur adapte un scaphandre avec bouteille et régulateur…mais à débit continu, et en 1935, le Commandant De Corlieu invente les premières palmes en s’inspirant d’un dessin de Léonard de Vinci.

Il ne reste plus qu’à l’ingénieur Emile Gagnan et au Lieutenant de vaisseau Jacques-Yves Cousteau qu’à perfectionner un système de masque fait d’une plaque de verre montée sur une jupe souple en caoutchouc et à inventer un système de détendeur donnant de l’air à la pression ambiante et à la demande du plongeur. C’est chose faite en décembre 1942.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>